«Là où le corps et l'esprit s'unissent au bien-être.»

Articles de la catégorie « Journal »



magnésium
 Stress, petite déprime, spasmes...Il est parfois recommandé de faire une cure de magnésium.  Mais que savez-vous vraiment sur ce minéral essentiel au bon fonctionnement de l'organisme?

La carte d'identité du magnésium
Le magnésium est un minéral essentiel à l'organisme puisqu'il participe à un nombre important de réactions métaboliques, notamment avec l'intervention du calcium, du potassium et du sodium, avec lesquels il se combine.
Il assure la santé des os et des dents, ainsi que celle des muscles et du foie.  Le magnésium joue aussi un rôle clé dans la transmission nerveuse et dans la relaxation des muscles après leur contraction.
Présent dans nos cellules, le magnésium est indispensable à la régulation des taux de glucose (sucre dans le sang) et celui des lipides sanguins ainsi qu'au maintien d'un rythme cardiaque régulier.

Quels sont les bienfaits du magnésium?
Le magnésium dispose de nombreux bienfaits reconnus sur la santé.  Son effet bénéfique sur la prévention des maladies cardiovasculaires a par exemple été prouvé puisque des études soulignent un risque accru de souffrir de troubles cardiaques en cas de carence chronique en magnésium.  De plus, son action régulatrice sur le taux de sucre dans le sang fait du magnésium un atout dans la prévention du diabète de type 2.  Le magnésium est également connu pour être bénéfique en cas d'état de stress, d'anxiété et de tension grâce à ses effets sur la relaxation musculaire.  Il pourrait ainsi prévenir la spasmophilie (hyperventilation) grâce à son action sédative.  Il limite aussi les spasmes responsables de douleurs, notamment pendant la période prémenstruelle.

Quels sont nos besoins quotidiens en magnésium?

De 1 à 3 ans:  80mg/jour
De 4 à 8 ans:  130mg/jour
De 9 à 13 ans:  240mg/jour

Femmes:
De 14 à 18 ans:  360mg/jour
De 19 à 30 ans:  310mg/jour
De 31 et plus:  320mg/jour

Hommes:
De 14 à 18 ans:  410mg/jour
De 19 à 30 ans:  400mg/jour
De 31 et plus:  420mg//jour

Ces données sont le résultat d'un consensus entre les autorités canadiennes et américaines qui ont entrepris une démarche d'uniformisation des Apports Nutritionnels Recommandés (ANR)

Les risques d'une carence en magnésium
Une carence en magnésium est difficile à diagnostiquer puisqu'elle n'engendre pas de symptômes évidents.  Un manque de magnésium peut néanmoins se manifester par divers troubles, comme de l'hyperémotivité, de l'anxiété, des tremblements, un état dépressif, une sensation d'oppression thoracique des maux de tête, des vertiges ou des insomnies.  Un déficit peut également entraîner des crampes, des spasmes musculaires, des contractures, des douleurs dans le dos, ainsi que des palpitations ou des dyspnées (difficultés respiratoires).  Enfin, un déficit chronique peut aussi causer des problèmes cardiovasculaires ou de diabète.

Les aliments riches en magnésium
Quelques exemples:
100g de fruits de mer: 410mg
100g de cacao: 150 à 400mg selon la concentration
100g d'amandes: 250mg
100g de pain complet: 80mg
100g de noix du Brésil:  370mg

D'autres aliments ayant un apport conséquent en magnésium:
Les céréales complètes, les fruits secs, le chocolat, le chou, l'oignon, la luzerne, les algues laminaires, la prêle, les germes de blé et d'orge, les épinards bouillis, etc...
Il faut savoir que les aliments raffinés sont presque totalement dépourvus de magnésium.  En cas de carence soupçonnée ou de coup de déprime, de fatigue ou de trouble de sommeil, une cure de magnésium sous forme de compléments peut être envisagée.  Sachez néanmoins que le magnésium est bien mieux assimilé sous forme alimentaire.

Référence: Passeport Santé
Bonne lecture!

Micheline Bibeau
Massothérapeute agréée.



Le diabète et ses conséquences

Il y a deux principales formes de diabète: le diabète insulino-dépendant, qui apparaît en général avant l'âge de 30 ans, et le diabète non insulino-dépendant, qui frappe en général après l'âge de 40 ans et dont la fréquence dans la population augmente avec l'âge.  Cette forme de diabète serait présente chez environ 10% des personnes de plus de 60 ans.

Une autre forme de diabète, temporaire celle-là, se manifeste au cours de la grossesse et disparaît à l'accouchement.  Les femmes qui en sont atteintes risquent davantage d'en souffrir ultérieurement.  Quel que soit le type de diabète, l'excès de glucose dans le sang peut se déposer dans certains tissus du corps.  La structure et le fonctionnement de ces tissus sont alors altérés et les petits vaisseaux obstrués peuvent provoquer des complications rénales ou visuelles.  Il est possible cependant de prévenir ces problèmes en assurant un bon contrôle de diabète.  Le dépistage et le traitement précoce de ces complications sont par conséquent essentiels.  La massothérapie peut également apporter un certain soutien à la personne atteinte de diabète.

La massothérapie et le diabète

Conscient ds nombreuses manifestations physiques du diabète, on vérifie avec le client concernant l'appétit (alimentation exagérée, amaigrissement), la soif (intense et continuelle), la fatigue, la somnolence, l'hypertension et l'engourdissement des mains et des pieds.

Si certains de ces symptômes sont présents, il est important au massothérapeute de s'assurer que le client soit suivi par un médecin.  Par la suite, on procède à un examen qui vise à dresser un bilan des muscles, des articulations et des tissus.  L'attention se porte particulièrement sur les pieds, les clavicules, les omoplates et les mouvements de l'épaule, les doigts et les mains.  De vérifier aussi s'il y a des taches sur les orteils, des plaies et des signes de cicatrisation lente.
Les manoeuvres effectuées par la suite sont particulièrement bénéfiques car il favorise la circulation sanguine et le retour lymphatique, ou des effleurages doux, peu profonds, à cause de la fragilité de la peau et des capillaires.  Les pétrissages et les drainages sont lents, peu profonds et peu nombreux lors des premières séances.  Sans remplacer l'exercice, les pétrissages peuvent servir d'exercices passifs.  Quant aux frictions, elles se font principalement sur les tendons des petits muscles et sur les muscles inférieurs, mais jamais sur les zones enflées.  Enfin, des vibrations sous les côtes aident à améliorer les réflexes viscéraux.

Le diabète ne se guérit pas, mais on peut contrôler cette maladie qui touche plusieurs personnes.  Les manoeuvres du massothérapeute constituent un des moyens d'y parvenir.  L'intervention du massothérapeute se rapproche aussi de la relation d'aide, ce qui contribue à alléger le stress des angoisses liées au diabète.

Les bienfaits du massage

En quoi une visite chez un massothérapeute professionnel peut-elle être utile à la personne atteinte de diabète?  Les avantages sont nombreux.  Le massage favorise la détente en agissant sur le système nerveux.  Il aide à éliminer les surplus d'adrénaline et de noradrénaline, deux hormones souvent liées à une glycémie élevée.Le massage diminue la fréquence et l'importante de l'enflure aux pieds et augmente l'apport des nutriments et d'oxygène à la peau et aux muscles.
Référence: Fédération québécoise des massothérapeutes

6 aliments à consommer en cas de diabète de type 2

Le diabète de type 2 représente 90% des cas de diabète.  L'alimentation joue un rôle clé chez les personnes souffrant de cette maladie.  Elle doit permettre de combler les besoins nutritionnels, de contrôler le taux de glycémie et de lipides sanguins en plus de favoriser le maintien du poids santé et de prévenir les maladies cardiovasculaires.  Voici les 6 aliments à intégrer au menu en cas de diabète, en plus d'une alimentation saine et équilibrée et d'une activité physique régulière.

La poire:  Haute teneur en fibres alimentaires aide également à la diminution des risques de troubles cardiaques ainsi la régularisation du transit intestinal
L'avocat: Excellent choix car fortement antioxydant et permettant une
diminution des lipides sanguins

L'orge: Très nutritif, riche en fibres solubles et en vitamine E
Le saumon: Excellente source d'oméga-3.  Ce type d'acide gras aide à réduire la tension artérielle, les triglycérides sanguins et la formation de caillots de sang
Le brocoli: À consommer cru ou légèrement cuit, renferme beaucoup de vitamine C
La patate douce: Teneur élevé en antioxydants, riche en anthocyanines, ce qui permet de réduire l'oxydation du «mauvais cholestérol».

Référence:  Passeport Santé
Bonne lecture!

5 remèdes anti-rétention d'eau

26 septembre 2014

michel

5 remèdes anti-rétention d'eau

Alors que notre organisme doit sans arrêt faire l'équilibre entre l'eau éliminée (transpiration, urine...) et l'eau assimilée (hydratation, teneur en eau des aliments...), il se peut que notre corps gonfle parce qu'il stocke plus d'eau qu'il n'en élimine.  C'est ce qu'on appelle la rétention d'eau.  Comment l'éviter?

Pensez aux protéines!

Notre organisme est parfois incapable d'éliminer correctement l'excédent d'eau dans notre corps parce qu'il est «déréglé».  Ce phénomène peut être dû à un déséquilibre nutritionnel et dans certains cas, à un manque de protéines.

Si on est carencé en protéines, le sang composé d'eau à plus de 60%, en contiendra trop peu, et l'eau sera attirée par des tissu où la concentration en nutriments est plus importante.  Des gonflements au niveau du ventre et des jambes peuvent alors survenir.  Avec une alimentation suffisamment riche en protéines, le foie produit de l'albumine qui empêche l'eau de fuir dans les tissus et de s'y accumuler.

Mais pas n'importe quelles protéines...

Privilégiez les viandes blanches et les poissons, ainsi que les protéines végétales comme celles du soja.  Évitez en revanche les charcuteries qui certes, contiennent des protéines mais qui sont aussi très salées.

Consommez moins de sel!

Le sel est l'ennemi numéro 1 de la rétention d'eau!  Lorsqu'on a une alimentation trop riche en sel (alors qu'il n'en faudrait qu'entre 4 et 6 g par jour), l'eau s'accumule dans les tissus.  Ces tissus, fortement concentrés en sel, attirent l'eau et la retiennent, ce qui empêche son élimination.  Notre corps se met à gonfler.

Comment réduire sa consommation de sel?

Réduire sa consommation de sel peut ne pas paraître évident.  Pour commencer, il faut éviter de resaler ses plats une fois à la table.  Il y a aussi toute une liste d'aliments à éviter car ils sont trop riches en sel.  Le pain blanc, les charcuteries, les plats préparés ou le fromage en font partie.  Il faut aussi garder à l'esprit que le sel n'est pas que l'ennemi de la rétention d'eau:  consommé en excès il est responsable de nombreux troubles comme l'hypertension ou les AVC.

Essayez les plantes!

Certaines plantes, que ce soit sous forme homéopathique ou en infusion, ont vu leurs effets prouvés contre la rétention d'eau.  Ces plantes ont une réaction sur le foie, les reins et sur le système lymphatique.  Elles permettent de ``drainer`` l'eau qui se trouve en excédent dans notre organisme en stimulant la microcirculation sanguine: l'eau contenue en excès dans les tissus est alors ``rejetée```par le sang et peut s'éliminer.

Quelles plantes pour moi?

Parmi les plantes anti-rétention d'eau, on trouve le thé vert, la verge d'or, le pissenlit, la vigne rouge, l'orthosiphon (ou thé de java) ou encore la piloselle...Ces plantes sont faciles à se procurer en boutiques diététiques, en pharmacie ou en parapharmacie.

Intolérance alimentaire ou problème hormonal?

Il arrive parfois que la rétention d'eau dépende de problèmes plus spécifiques:

Les intolérances alimentaires

Pas toujours évidentes à diagnostiquer, les intolérances alimentaires, au gluten ou au lactose par exemple, peuvent être responsables de la rétention d'eau.  Le corps ne fabrique pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion de l'aliment concerné, entraînant des troubles digestifs désagréables.  Pour savoir si vous êtes intolérant (e) à un aliment, supprimez-le de votre alimentation pendant une quinzaine de jours et surveillez les résultats.  Il est également conseillé d'en parler à votre médecin car une intolérance reste une gêne importante.

La rétention d,eau et les hormones

On considère que 95% des femmes sont concernées par la rétention d'eau, qui peut aussi avoir une origine hormonale.  À cause de la fluctuation des hormones, certaines femmes remarquent une rétention d'eau au niveau de la poitrine et du ventre durant la période prémenstruelle.  Ce type de rétention d'eau qui reste mais que n,est que passager.

Le drainage lymphatique

Le drainage lymphatique est un massage qui consiste à stimuler la circulation de la lymphe, un liquide incolore qui circule dans les vaisseaux lymphatiques.  L'objectif du drainage est d'évacuer les liquides excédentaires: il est donc très efficace en cas de rétention d'eau.




Bonne lecture!
Référence: Passeport Santé

Des astuces pour stimuler sa mémoire

19 août 2014

michel

L'INFO EAURIZON

C'est grâce à notre processus de mémorisation que nous sommes capables de parler, d'apprendre, de lire, d'agir, de vivre tout simplement. Sans la mémoire, l'existence même d'un individu n'aurait plus du tout le même sens. Mais le processus de mémorisation ne sont pas définitivement acquis. Avec le temps la mémoire vieillit, elle a donc besoin d'être entretenue et d'être stimulée. Pour cela, il existe des astuces simples.

Le sommeil active la mémoire

Le sommeil joue un rôle primordial dans la consolidation mnésique des informations, aussi multiples et variées soient-elles, reçues au cours de la journée. En s'activant durant le sommeil, l'hippocampe, qui se situe dans le système limbique, consolide les informations afin de les retenir. Un manque ou une mauvaise qualité du sommeil perturbera les fonctions de l'hippocampe. Le sommeil profond contribue à la consolidation des informations dans la mémoire épisodique (mémoire relatif à un contexte spatio-temporel et aux épisodes vécus dans une vie). Les personnes qui présentent des défaillances de leur mémoire épisodique ont des troubles de sommeil profond. Un manque de sommeil entraîne une baisse de la concentration et des capacités cognitives. Le sommeil permet la structuration, le tri des informations et des apprentissages reçus dans la journée. Il est donc plus nécessaire de donner une réelle importance au moment de la nuit, synonyme de repos. le sommeil est un des facteurs naturels qui favorise le bon fonctionnement de la mémoire. À l'inverse, une bonne nuit de sommeil est réparatrice: les informations inutiles sont d/truites pour laisser la place nécessaire dans notre disque dur biologique.

Les oméga-3 sont essentiels à la mémoire

Ces acides gras essentiels sont des sources primordiales pour l'organisme. Ils apportent l'énergie nécessaire pour le corps humain. L'organisme ne fabrique pas naturellement ces acides gras d'où l'importance de les retrouver dans certains aliments (poissons, crustacés, etc) ou certaines huiles (colza, noix, lin). Les omégas-3 favorisent la constitution des membranes cellulaires dans le système cérébral.

Bien s'alimenter, c'est stimuler sa mémoire!

Prendre des repas équilibrés, en temps et en heure, contribue à limiter le grignotage dans la journée. Pour équilibrer la répartition de l'apport énergétique journalier, il est préconisé de ne sauter aucun repas et de les prendre à heures fixes. Pour les repas du midi et du soir, il est préférable de limiter les aliments riches en calories et en glucides provoquant des somnolences, non bénéfiques à l'activité de la mémoire. D'après des études, prendre un repas le matin améliore les facteurs cognitifs comme la concentration, le temps de réaction et la performance. Pour faire le plein d'énergie, ce qui sera très bon pour la mémoire, il vaut mieux privilégier les aliments riches en fibres, en céréales, ainsi que les fruits entiers et les produits laitiers.

L'activité physique entretient la mémoire

Dans les sociétés modernes, l'activité physique a de moins en moins de place. Cette sédentarité s'explique par le changement du mode de vie: internet, jeux vidéos, télévision. La nature, la fréquence et la durée de l'activité physique sont déterminées par différents facteurs tels que l'âge, le sexe, le statut professionnel, la zone. La pratique de l'activité physique joue également un rôle au niveau du cerveau en prévenant la maladie d'Alzheimer. Lors de l'activité, le cerveau s'oxygène. Cette oxygénation est bénéfique pour la mémoire et la cognition. La pratique régulière d'une activité physique améliore la réactivité, la concentration et la mémorisation.

Les antioxydants améliorent la mémoire

Les fruits et les légumes contiennent tous des antioxydants qui préviennent de la dégénérescence des cellules liée au vieillissement naturel de l'organisme, plus communément appelé le stress oxydatif. L'énergie de l'organisme se produit grâce à la brûlure du sucre, des graisses et des protéines par les cellules de l'organisme. Lors de ce procédé la présence d'oxygène entraîne une réaction chimique qui est à l'origine de la formation des radicaux libres. Le stress oxydatif naît de cette formation. À terme, il est néfaste pour toutes les cellules. Les antioxydants ont la particularité de bloquer l'action des radicaux libres sur les cellules, ainsi que de les préserve et les protéger. La consommation des fruits et légumes augmente l'apport en antioxydants qui préservent et protègent les cellules présentent dans notre cerveau favorisant le bon fonctionnement de la mémoire. Cet apport doit être quotidien, c'est pourquoi il est recommandé de manger 5 fruits et légumes par jour.

Bonne lecture.
Référence: Passeport Santé

L'Info Eaurizon




5 règles d'or contre les courbatures

courbature
Les courbatures se traduisent par des douleurs musculaires.  Mobilité réduite, douleur, gêne, inconfort, les courbatures ne sont certainement pas une partie de plaisir!

 
Boire: la meilleure arme contre les courbatures
 

L'eau représente entre 60% ​ et 70% du corps humain, c'est dire qu'elle est essentielle à la vie.  Le corps utilise l'eau pour extraire l'énergie des aliments car elle n'en fournit pas directement.  Assurant les processus vitaux de l'organisme, elle joue un rôle essentiel sur les fluides qui occupent la quasi-totalité de l'organisme.

Comment l'eau préviendrait-elle des courbatures?
En moyenne on préconise de boire 1.5 litres (il s'agit d'une moyenne qui n'est pas valide pour tout le monde).  L'eau favorise et maintient l'efficacité musculaire car elle achemine les glucides qui une fois ingérés par l'organisme se transforment en glycogène: la source principale d'énergie pour les muscles.  L'hydratation oxygène les fibres musculaires et maintenant la circulation sanguine.  La déshydratation fragilise les muscles qui sont alors plus exposés aux risques de microlésions des fibres musculaires entraînant les courbatures.

Il ne faut pas attendre d'avoir soif pour s'hydrater.  La soif est déjà signe de la déshydratation.  S'hydrater tout au long de la journée aide les muscles à mieux récupérer.

Pourquoi faut-il boire quand on pratique une activité physique?
Le corps élimine l'eau (en moyenne 2 litres par jour) par les différentes voies naturelles: les urines, la sueur, les selles et la respiration.

Pendant l'effort le corps perd plus d'eau car il transpire plus, il est alors important de boire suffisamment.  Il est conseillé de s'hydrater tous les jours et tout au long de la journée, avant, après et pendant l'effort, sans exagérer sa consommation d'eau.

Bon à savoir: Les urines sont un bon indicateur de l'apport hydrique, si elles sont foncées c'est peut-être le signe d'une mauvaise hydratation.
 
Bien mangé et moins courbaturé
 
Se nourrir c'est vital.  Avoir une alimentation saine et équilibrée, c'est aussi préserver ses muscles.  Chaque aliment a une fonction propre sur l'organisme, en l'occurrence sur les fibres  musculaires.  Ils représentent une base non négligeable de l'hydratation.
Il existe des bonnes sources de protéines végétales et animales présentent dans la viande blanche et rouge, le poisson blanc et gras, le beurre d'arachide, le riz blanc cuit, etc, qui maintiennent et renforcent les tissus musculaires.  Les glucides sont la source et la réserve d'énergie pour les muscles, on les retrouve dans les cerises, les clémentines, les ananas, le pain, les pâtes alimentaires cuites, les céréales...
La teneur en glucides et en protéines de tous ces aliments varie.  Les aliments riches en glucides compenseront la perte énergétique.  Les protéines favorisent le renouvellement cellulaire des muscles assurant ainsi leur réparation notamment lorsqu'ils subissent des microlésions.
Une alimentation suffisante en glucides et en protéines mais aussi saine et équilibrée, régulière et adaptée, fortifie les muscles en les préservant des risques de courbatures.  N'oubliez pas de toujours vous hydrater, c'est essentiel!
La surconsommation des glucides et des protéines est néfaste pour la santé, n'hésitez pas à vous informer auprès d'un professionnel de santé ou nutritionniste.
 
Pour moins de douleurs musculaires, pratiquer une activité physique régulière
 
L'activité physique possède de nombreux bénéfices comme la prévention des risques cardiovasculaires et le renforcement du système immunitaire.  Les courbatures surviennent généralement à la suite d'une reprise d'activité ou d'un changement d'activité.  C'est pourquoi il est important de faire de l'exercice régulièrement et sans forcer.  Pour augmenter l'intensité de son activité, il faut y aller progressivement, ainsi les muscles sont préparés petit à petit à l'effort et sont moins exposés aux risques de microlésions des fibres musculaires entraînant les courbatures.
À force d'être sédentaire, l'individu le ressent physiquement: il a plus de mal à se lever du canapé, il est plus essoufflé, il ressent des douleurs musculaires plus importante et c,est un phénomène normal.  Avec lage la masse musculaire diminue, l'activité physique régulière est bénéfique car elle augmente son volume et la fortifie, favorisant également les fonctions musculaires.
Pour prévenir vos courbatures du quotidien, il n'est pas utile de vous lancer dans un marathon mais simplement de changer vos habitudes de vie.  Pensez à vous déplacer en vélo ou à pied, profitez de belles ballades lorsque le temps s'y prête et évitez de maintenir la même position tout au long de la journée, comme rester assis trop longtemps dans son canapé.  Se reposer c'est bien mais il est important de maintenir son corps en mouvement avec des exercices de flexions, d'extensions et d'assouplissement, le tout en douceur.
 
Stop aux courbatures: s'étirer mais pas n'importe comment!
 
Effectuer des étirements en amont et en aval de l'activité physique pour favoriser l'amplitude des mouvements et la récupération musculaire est assez répandu. Mais, contrairement aux idées, s'étirer simplement avant et après l'effort ne préviendrait pas les courbatures, cela diminuerait même la performance des muscles!
Alors doit-on s'étirer?   S'étirer à froid endommagerait les muscles et les tendons, intégrer les étirements à l'échauffement serait une meilleure solution.  Pratiqués régulièrement, comme c'est le cas pour l'activité physique, les étirements auraient un effet bénéfique pour l'organisme dans l'amélioration des performances musculaires et dans la prévention des blessures.  Les étirements doux avec mouvements seraient préférables aux étirements statiques consistants à maintenir la même position pendant quelques secondes.  Ainsi le corps serait mieux préparé à l'effort et risquerait de moins subir les conséquences d'une reprise ou de l'intensité de l'activité physique.
 
S'échauffer pour éviter les courbatures
 
Nous avons tendance à négliger l'échauffement avant d'entamer une activité physique.  Et pourtant!  L'échauffement est plus que nécessaire pour préparer le corps à l'effort et le mettre dans les meilleures dispositions.  Il prépare le système musculaire, respiratoire et cardiovasculaire à l'exercice.  Il augmente la température du corps dilatant les vaisseaux sanguins et oxygénant les muscles ainsi favorisés dans leur articulation et leur assouplissement.  Si l'activité est intense, il faudra davantage se préparer pendant l'échauffement.  Sans échauffement, la reprise ou l'intensité brutale de l'activité physique rend les muscles plus vulnérables aux risques de blessures et de courbatures.
Durant ce temps d'échauffement, il vaudrait mieux l'adapter à l'activité physique qui suivra, ainsi on effectue les mêmes mouvements mais de façon modérée et en augmentant petit à petit leur amplitude.
Les échauffements diffèrent selon le choix et l'intensité de l'activité physique, n'hésitez pas à vous renseigner auprès d'un professionnel de santé comme un médecin du sport.
 
Bonne lecture!
Références: Passeport Santé
 
Micheline Bibeau
Massothérapeute agréée.
450 758.0430

 

Fil Rss des articles de cette catégorie

« précédente page 6 sur 7 suivante