«Là où le corps et l'esprit s'unissent au bien-être.»

Articles de la catégorie « Journal »


Coups de soleil, mélanomes, cancers de la peau… Nous ne sommes jamais assez prudents face au soleil. Voici 10 conseils pour profiter du soleil en toute sécurité.

Règle n°1 : Utilisez une crème solaire lorsque vous vous exposez, même si vous n’êtes pas sujet(te) aux coups de soleil. Les crèmes solaires n’empêchent pas de bronzer : elles nous protègent au contraire contre les UVA et les UVB qui affectent la peau d’une façon différente et entraînent des transformations cutanées. Il est impératif de remettre de la crème toutes les heures et après chaque baignade.

.

Règle n°2 : Choisissez un indice de protection solaire en fonction de votre carnation.
Bien que l’utilisation d’une crème solaire soit obligatoire pour se protéger du soleil, l’indice de protection solaire peut varier selon la carnation. Une protection très élevée n’est par exemple pas nécessaire pour les peaux très mates.

SFP 15 : peaux mates
SFP 30 : peaux claires
SFP 50 : peaux très claires

Règle n°3 : Evitez l’exposition aux rayons du soleil entre 11h et 16h, même avec de la crème solaire. C’est à ce moment de la journée que l’ensoleillement est le plus important et que les rayons du soleil sont les plus nocifs. En plus d’accroître les risques de coups de soleil, une exposition entre ces heures augmente ceux d’attraper une insolation, et ce surtout chez les enfants.

Règle n°4 : Protégez-vous la tête et veillez à vous hydrater régulièrement pour éviter les insolations.
Une fois de plus, ce sont les enfants qui sont les premiers concernés par ces dangers. Néanmoins, ces précautions doivent s’appliquer aussi pour les adultes. Ayez toujours une bouteille d’eau près de vous et veillez à ce que les enfants s’hydratent toutes les demi-heures.

Règle n°5 : Les enfants ayant des défenses immunitaires plus faibles que les adultes, il est important de les protéger encore plus. Veillez à ce qu’ils portent des lunettes de soleil avec un indice de protection de catégorie 3 ou 4. Leur cristallin ne les filtrant pas encore totalement, 60% des UVA atteignent la rétine des enfants de moins de 13 ans. Ils doivent impérativement porter un chapeau, voire un T-shirt pour les plus jeunes. Leur peau étant plus fine, choisissez une crème adaptée aux enfants, plus hydratante, formulée contre les intolérances et à l’indice de protection plus élevé.

Règle n°6 : Faites attention aux médicaments, déodorants et parfums qui peuvent provoquer des tâches sur la peau, voire des brûlures graves. Certains traitements médicamenteux ou certains produits cosmétiques contenant de l’alcool ou du parfum, et même certaines huiles essentielles, sont photosensibilisants. Ils augmentent la sensibilité de la peau au soleil ce qui peut aggraver les risques de coups de soleil. Soyez donc vigilant(e) sur les produits que vous utilisez pendant les jours précédents l’exposition.

Règle n°7 : Mettez de la crème solaire et si possible, des lunettes de soleil pour la baignade : les surfaces claires et brillantes comme l’eau augmentent la réverbération. La quantité d’UV reçue par la peau et les yeux est donc plus importante.

Règle n°8 : Oubliez les graisses à traire ou les huiles au monoï qui, même si vous avez la peau mate, augmentent les méfaits des rayons du soleil. Certes, elles stimulent le bronzage… mais aussi la pénétration des rayons UVA et UVB, extrêmement nocifs

Règle n°9 : Prenez une douche tiède mais pas froide après l’exposition pour refroidir l’organisme et faire ainsi baisser la température du corps. Pensez aussi à vous réhydrater au retour de la plage.

Règle n°10 : Appliquez de la crème solaire sous un parasol car les réverbérations des UVA et UVB sur le sable.

Bel été!

Référence Passeport Santé


Des astuces naturelles contre la sinusite

La sinusite est une inflammation des muqueuses qui recouvrent l'intérieur des sinus. Elle survient généralement après un rhume car du mucus commence par remplir les sinus et finit par s'infecter. Les symptômes de la sinusite sont une congestion nasale accompagnée de douleur dans la région du nez et des maux de tête. Voici des astuces naturelles pour combattre la sinusite et réduire l'intensité de ses symptômes.

L'ail

L’ail possède des propriétés antibactériennes que le scientifique Louis Pasteur a mis en évidence en 1858. Depuis, de nombreuses recherches ont confirmé l’activité antibiotique de l’ail. L'ESCOP reconnaît également les bienfaits de l'ail comme traitement en cas d'infection des voies respiratoires.
Le traitement peut se faire par la consommation de cet aromate directement dans l’alimentation à raison de 4 gousses d'ail frais (16 g) par jour ou 2 à 4 g d'ail séché 3 fois par jour. Il est aussi possible d'ingérer 2 à 4 ml de teinture d'ail 3 fois par jour.

L'ail possèderait en plus de nombreuses autres vertus. Il pourrait notamment aider à prévenir les maladies cardiovasculaires, l'hypertension artérielle - ces bienfaits sont reconnus par l'Organisation Mondiale de la Santé - et certains cancers comme le cancer estomac, le cancer colorectal, ou celui de la prostate). 
 

L'hydrastis

L’hydrastis est une plante qui comporte 2 principes actifs : la berbérine et l’hydrastine. Des essais ont démontré que la berbérine posséderait une activité antibiotique à large spectre contre plusieurs variétés de bactéries. Elle soulagerait l’inflammation des muqueuses comme le nez, la bouche et la gorge.
En cas de sinusite, un bain nasal 3 ou 4 fois par jour avec 12 ml de teinture d’hydrastis mélangée à un peu d’eau peut s’avérer efficace pour réduire l’intensité des symptômes.
 

Attention, l’hydrastis est contre-indiquée lors d’une grossesse ou lors de l’allaitement car certains composés de cette plante peuvent provoquer des contractions utérines.

L'échinacée

Remède favori des Indiens d’Amérique contre toutes sortes d’infections, l’échinacée est une plante qui servirait à prévenir les infections des voies respiratoires supérieures comme le rhume, la sinusite ou la laryngite. Des chercheurs allemands ont démontré qu’elle était un immunostimulant capable d’accélérer la guérison des infections bactériennes, fongiques et virales.
Il est important de commencer la prise d’échinacée dès les premiers signes d’une infection des voies respiratoires supérieures.
Faire infuser 1 g de racines ou de parties aériennes d'échinacée séchées dans une tasse d’eau bouillante, à renouveler 1 à 6 fois par jour. Il existe également des capsules et comprimés d’échinacée : prendre l’équivalent de 1 g d’échinacée 3 fois par jour.
 

Attention : les personnes asthmatiques ou souffrant d’allergies sont plus susceptibles d’être allergiques à l’échinacée. Les enfants sujets aux otites ne doivent pas prendre d’échinacée car elle pourrait augmenter le risque de souffrir d’une otite.


L'ananas

L’ananas est composé de broméline, une substance complexe qui pourrait soulager les symptômes de la sinusite (maux de tête et douleurs nasales).

La broméline, contrairement à d’autres enzymes qui sont dégradées dans le système digestif, serait partiellement absorbée par l’organisme et passerait dans le sang. Elle réduirait la production des prostaglandines (= des substances d'acides gras non saturés) qui sont à l’origine d’une inflammation et aurait des effets bénéfiques sur le système immunitaire. Le mécanisme d’action de la broméline reste cependant encore flous.

L'eucalyptus et la menthe poivrée

L’eucalyptus et la menthe poivrée seraient de bons moyens de guérir une sinusite. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) reconnaît leur usage pour soulager l’inflammation des voies respiratoires. Néanmoins les études sur l'homme manquent pour confirmer leur efficacité. Seuls des essais sur des souris ont pu montrer leur effet anti-inflammatoire.

Le traitement peut se faire par friction du front et des tempes avec de l’huile essentielle d’eucalyptus ou de menthe poivrée ou sous forme de tisanes (infuser 2 à 3 g de feuilles séchées dans 150 ml d’eau bouillante à raison de 2 tasses par jour).

Attention, ce traitement ne convient pas aux enfants de moins de 6 ans car il peut déclencher un bronchospasme (= contraction des bronches qui rend la respiration difficile). Il est également déconseillé lors d’inflammation gastro-intestinales, d'inflammation des voies biliaires, de troubles hépatiques graves ou d'inflammation des reins.

Référence: Passeport Santé

La gastro-entérite, qui se caractérise par des diarrhées et des vomissements, est une maladie, en général hivernale, qui ne permet pas de s’alimenter correctement.

Se mettre à jeun

Si vous avez une gastro-entérite, mieux vaut limiter au maximum votre alimentation les tout premiers jours pour ne pas surcharger votre intestin qui a déjà beaucoup à faire.

Mettre son système digestif au repos pendant au moins 24 heures sera salutaire et permettra de guérir plus rapidement.

En règle générale, il n’est pas très difficile de rester à jeun, l’appétit étant rarement au rendez-vous en cas de gastro. Peu à peu, certains aliments seront réintroduits dans l’alimentation tandis que d’autres resteront à éviter jusqu’à disparition des symptômes.

Les aliments à éviter

Manger de tout, en cas de gastro-entérite, c’est potentiellement retarder le processus de guérison, voire même aggraver les symptômes de la maladie. Lorsque la maladie se déclenche, évitez donc de consommer les aliments suivants :

-les fritures, dont vous n’aurez normalement de toute façon pas envie

-les légumineuses

-les fruits et légumes crus et/ou cuits, à l’exception des bananes, des pommes et des carottes

-les féculents complets: pain complet, pâtes complètes, riz complet, etc.)

-le poivre et les épices

-le café

-les boissons trop sucrées



Les aliments à privilégier

Si certains aliments sont à éviter, d’autres, au contraire, sont à privilégier pour rétablir un bon transit. Parmi eux :

-des bananes mûres et des pommes crues ou cuites (en compote ou au couteau)

-des carottes cuites

-du poisson maigre à la vapeur et de la viande rouge maigre grillée, sans sauce.

-du jambon et /ou du poulet

-du fromage et des yaourts

-du pain blanc, des pâtes, du riz, des biscottes, le riz étant à privilégier car il ne contient pas de gluten, contrairement aux pâtes et au pain.

Le riz, l’allié anti-gastro numéro 1

Le riz, blanc exclusivement, est à privilégier en cas de gastro-entérite. Il doit être cuit à l’eau pendant longtemps, ce qui lui permettra de dégager tout son amidon.

Le riz a pour vertu de ralentir le transit intestinal, qui va trop vite en cas de gastro, et de fournir des glucides lents qui permettent de gagner en énergie et de mieux combattre la maladie

Boire beaucoup d'eau

Pour éviter la déshydratation liée aux vomissements et à la diarrhée de la gastro-entérite, il est conseillé de boire au minimum 2 litres d’eau par jour. Pensez aux tisanes, aux bouillons de légumes,... et choisissez une eau plate riche en sodium pour compenser la perte en sels minéraux.

On ajoutera un peu de sucre dans l’eau ou les tisanes des enfants pour maintenir un apport en glucides satisfaisant. Les jus de fruits trop sucrés et l’alcool, qui déshydrate, sont à proscrire. Les sodas sucrés peuvent soulager à condition d'être bus en quantité modérée et d'être débarrassés de leur gaz avant d’être consommés.

Écouter son corps

Au-delà des aliments à privilégier et ceux à proscrire, il faut savoir écouter son corps. Si vous avez envie d’un bon bol de soupe ou d’une tartine avec du miel, ne vous l’interdisez pas.

Le corps sait très bien dicter ses envies et le cerveau ne vous enverra pas des envies d’aliments si l’intestin n’est pas capable de les digérer…. Le seul écueil à éviter : manger en trop grandes quantités, ce qui peut arriver lorsque la faim revient et qu’on se sent mieux. Donc les pâtes carbonara oui, mais avec modération...

Rétablir la flore intestinale

Suite à une gastro, le but est de rétablir la flore intestinale, c’est-à-dire, de repeupler l’intestin des milliards de bactéries dont il a besoin pour pouvoir fonctionner correctement.

L'intestin abrite à la fois des bactéries de fermentation qui dégradent les glucides, et des bactéries de putréfaction qui dégradent les protéines.

L’ensemble de ces bactéries  forment un écosystème stable nécessaire à notre équilibre et à notre santé.

Les aliments reconstituants de la flore intestinale

Pour reconstituer la flore intestinale, il faut :

-Manger des légumes à chaque repas et des fruits en quantité suffisante (au moins 1 par jour)

-Consommer des protéines animales, en alternant les viandes, les poissons, les œufs et les fruits de mer 1 fois par jour.

-Consommer du pain et des féculents complets 1 fois par jour.

-Eviter le sucre

-Prendre des probiotiques (achetés en pharmacie pour une meilleure qualité) en cure de 1 à 3 mois, à renouveler chaque année, selon ses besoins.



Reprise d'une alimentation normale

Même si l’envie est grande lorsque la maladie s’en va, évitez les excès dans les jours suivant l'épisode de gastro-entérite.

L’idée est de reprendre son alimentation habituelle de manière progressive en y réintroduisant peu à peu toutes les vitamines (fruits et légumes), les protéines (viandes et poisson), les féculents (pâtes, pain), les produits laitiers (lait, fromage) et enfin, en dernier, les lipides (fritures, charcuterie) et les glucides.

Éviter une nouvelle contamination

Pour ne pas retourner dans le fond de votre lit une fois sur pied, prenez des précautions au quotidien pour maintenir le virus éloigné de vous.

Lavez-vous souvent les mains et privilégiez les mouchoirs en papier à usage unique.

Veillez à aérer quotidiennement les pièces de la maison, à laver et à désinfecter votre réfrigérateur régulièrement… Enfin, ne mangez pas les aliments qui auraient pu, d'une façon ou d'une autre, être contaminés.


Référence: Passeport Santé

Comment tonifier ses bras ?

28 novembre 2016

michel

Comment tonifier ses bras ?


En plus de consommer des aliments qui contribuent à prévenir la flaccidité, nous pouvons pratiquer une activité physique ciblée qui nous aidera à obtenir de meilleurs résultats plus vite.

 

Les muscles tonifiés nous aident à avoir un corps agréable, que ce soit pour nous ou pour les autres. Mais après 30 ans, les premiers signes de perte de tonus musculaire commencent à apparaître et il devient nécessaire de tonifier ses bras. Cela peut être dû à un manque d’exercice, à une grossesse, à des changements hormonaux ou à une mauvaise alimentation. Une prise de poids ou une perte soudaine peut aussi provoquer ce phénomène. Comme vous pouvez le voir, les causes sont multiples !

L’une des zones les plus gênantes est celle des bras, évidemment. On a l’impression d’avoir une peau qui pend, ce qui nous fait souvent honte. Sans compter que parfois, on a du mal à s’habiller. En effet, la mauvaise apparence que cela nous donne ne nous aide vraiment pas.

La perte de tonus musculaire est en fait la perte de fermeté de la peau. Elle arrive après une dégradation des fibres de collagène et d’élastine, et la peau et les muscles deviennent alors mous. Les zones les plus touchées sont l’abdomen, les fesses, les cuisses et les bras.

Que pouvons-nous faire pour corriger ce phénomène si gênant et si désagréable ?

Il existe plusieurs façons d’améliorer cette situation, comme des remèdes naturels qui peuvent nous aider à améliorer l’aspect de la peau. Mais ce n’est pas tout : il existe aussi des exercices pour tonifier ses bras et leur donner une bonne apparence.

Les remèdes naturels

  • La pomme : Mélangez un demi-verre de jus de pomme avec un demi-verre de jus de melon. Massez ensuite les zones molles. On peut le faire deux fois par semaine.
  • Le melon : Lavez et coupez un melon en petits morceaux. Mélanger la pulpe avec un peu d’eau dans un mixeur, et ajoutez aussi le jus d’une moitié de citron. Mélangez bien le tout. Ensuite, trempez une compresse dans le mélange puis placez-la sur la zone affectée.

Un masque

Mélangez une cuillère à soupe de miel, une cuillère à soupe d’huile d’olive et un jaune d’œuf. Appliquez la pâte obtenue sur vos bras pendant quinze minutes. Pour finir, enlevez-la avec de l’eau froide.

Les exercices pour tonifier ses bras

Des exercices réguliers favorisent l’augmentation de la masse musculaire. Ils aident à raffermir la peau tout en l’oxygénant. Boire au moins 2 litres d’eau par jour est également essentiel pour garder la peau hydratée et tonifiée.

Exercices pour retrouver le tonus musculaire dans les bras :

Ces exercices doivent se réaliser après un échauffement pour que le corps puisse s’échauffer. Il faut donc bouger lentement les épaules en amenant la main jusqu’à l’épaule plusieurs fois.

Les étirements sont aussi primordiaux pour éviter les blessures ou les douleurs après l’exercice.

Les étirements se font avant et après le renforcement musculaire. Ils doivent se faire lentement et être accompagnés de respirations douces et profondes. Il faut répéter le tout au moins cinq fois de chaque côté.

Renforcement musculaire

Vous pouvez effectuer 3 séries de 8 répétitions pour chaque exercice.

Numéro 1 : Mettez-vous à genoux, avec les jambes légèrement pliées vers le haut. La paume de vos mains doit être appuyée sur le sol. Les bras, eux, sont tendus et écartés dans le prolongement des épaules. Il ne faut surtout pas courber le dos. Pliez alors vos bras pour descendre, et tendez-les doucement pour remonter.



Numéro 2 : Mettez-vous debout : votre pied gauche doit être devant votre pied droit. Inclinez légèrement votre tronc vers l’avant, et appuyez votre main gauche sur un banc ou sur tout autre support. Le bras droit doit être tendu en direction du sol en tenant une haltère.

L’exercice consiste à plier et à lever le bras jusqu’à ce que le coude soit aligné horizontalement avec l’épaule. Ensuite, on tend le bras à nouveau en allant vers l’arrière. Une fois terminé, on fait le même exercice avec l’autre bras.



Numéro 3 : Vous devez être à genoux ou debout, mais toujours avec le dos bien droit. Si vous êtes debout, il faut que les jambes soient légèrement séparées. On commence l’exercice en ayant les deux bras tendus vers le haut et avec une haltère dans chaque main. Ensuite, on plie les coudes vers la tête pour obtenir un angle de 90 degrés.



Les aliments pour prévenir la perte de tonus musculaire

Le saumon nous aide à maintenir l’hydratation de la peau. Les fruits rouges et les citriques sont riches en vitamines C : ces aliments sont donc essentiels pour synthétiser le collagène dans le corps. On parle par exemple du citron, des fraises ou des mûres.

Les châtaignes, les noisettes, les amandes, les pois chiches, les petits pois et les lentilles favorisent également la production de collagène et d’élastine. La viande de bœuf, le poulet et le poisson empêchent aussi cette perte de tonus musculaire.

Source : amelioretasante


Micheline Bibeau

Massothérapeute agréée.

450 758-0430


Fatigué au réveil: causes et remèdes

21 octobre 2016

michel


La fatigue au réveil n'est pas normale et peut être la conséquence de plusieurs facteurs.  Un sommeil non-réparateur fréquent et non-explicable par un changement de mode de vie est le signe que quelque chose ne va pas.  Il est donc important de rechercher quelles en sont les causes et d'y remédier.

 Les besoins en sommeil sont très différents selon les personnes et les âges.  Un adulte dort en moyenne 7 à 8h par nuit mais certains vont avoir besoin de 11 à 12h de sommeil pour se sentir reposés.  La durée idéale de sommeil est donc propre à chacun.  C'est le temps de sommeil qui va permettre d'être en forme et efficace au réveil.
Lorsque le sommeil n'est pas réparateur et qu'il ne constitue pas un véritable repos, on peut se sentir fatigué(e) au réveil: se lever devient alors difficile.  En cas de fatigue, les activités de la vie quotidienne, habituellement faciles à accomplir (travail, ménage, devoirs des enfants...) se transforment en corvées.
''Le sommeil est un excellent indicateur de l'état de santé général de la personne et ses relations avec son environnement'' d'après le Dr Valaxt, chercheur au sein d'une unité de l'INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale en France) spécialisée dans l'étude du sommeil et des rêves.  Il est donc important de surveiller son sommeil et de prêter attention aux changements qu'il subit.
Les causes de la fatigue au réveil peuvent être multiples.  Ce n'est pas un phénomène à prendre à la légère car cette fatigue peut être liée à un problème d'ordre psychique ou physique.
Quand le psychisme prend le dessus...
Ce sentiment de non-repos peut être dû au stress, au surmenage au travail, à des activités de loisirs trop intenses ou même , à une alimentation déséquilibrée ou insuffisante.  Pour savoir d'où vient cette fatigue, il est nécessaire d'analyser les changements qui ont pu se produire récemment dans votre vie.  La fatigue au réveil fait partie des signaux envoyés par le corps pour faire comprendre à la personne qui en souffre que son mode de vie ne lui convient pas.
Attention: Un sommeil non-réparateur fait également partie des symptômes de la dépression.  Fatigue constante, insomnie, perte de motivation sont des signaux qu'il faut impérativement surveiller.  N'hésitez pas à en parler avec votre médecin.
Fatigue et maladie
Un état de fatigue au réveil qui dure depuis plusieurs semaines peut être le signe annonciateur d'une maladie, car plusieurs peuvent se manifester par ce symptôme.  Qu'il s'agisse d'une fatigue causée par une maladie épuisante comme la grippe, l'arthrose, le cancer ou par une affection silencieuse comme l'anémie ou un trouble de la thyroïde, il est important de ne pas prendre le sommeil non-réparateur à la légère et consulter un spécialiste sans attendre.
Cette fatigue inexpliquée peut être également le signe d'une apnée du sommeil.  Le dormeur bloque ponctuellement sa respiration ce qui entraîne une baisse de l'oxygénation du sang et ce qui oblige le coeur à travailler davantage afin de combler ce manque d'oxygène.  Le dormeur souffrant d'apnée du sommeil se réveille souvent fatigué et n'a pas conscience de ce qu'il s'est passé.
Changer son mode de vie
Il est important de modifier certaines habitudes afin de mieux dormir et d'éviter tout risque de fatigue au réveil.
Dormir suffisamment est la première des règles à respecter pour ne pas se sentir fatigué au réveil.  Pour cela, il faut écouter son corps (bâillements, paupières lourdes, picotements dans la nuque...).
Pratiquer une activité sportive régulière permet de relaxer, d'évacuer la pression accumulée durant la journée et de fatiguer son corps afin d'avoir un vrai sommeil réparateur.
Adopter une alimentation équilibrée (fruits, légumes, céréales...) et boire au minimum 1,5L d'eau par jour.
Limiter l'alcool et la cigarette qui ont des effets néfastes sur la qualité du sommeil. L'alcool et la nicotine sont responsables d'un sommeil très perturbé (réveils fréquents, réduction de la durée du sommeil profond...).
Éviter les stimulations trop fortes avant le coucher que celles-ci soient auditives, intellectuelles ou visuelles (écran d'ordinateur, luminosité trop forte, jeux vidéos...).
Y remédier au naturel...
Afin de lutter contre cette fatigue, de nombreux compléments alimentaires et plantes peuvent être utilisés.  Des cures de caféine, vitamine C ou de fer peuvent servir à contrer cette fatigue constante grâce à leurs propriétés tonifiantes et défatigantes.
La phytothérapie est aussi un bon moyen de soulager la fatigue passagère.  Des tisanes d'anis vert, de vigne rouge ou de romarin peuvent être de très bons remèdes contre la fatigue.  De même que la rhodiole, la schisandra, le ginseng et l'eleuthérocoque.
La prise d'antiasthéniques (acides aminés, éléments minéraux, vitamines, stimulants, reconstituants, fortifiants...) peut aussi aider à se sentir plus tonique et stimulé.

Référence: Passeport Santé

Fil Rss des articles de cette catégorie

précédente page 2 sur 7 suivante »